Merit Order : le potentiel de la France en efficacité énergétique

2013-01-18 13:05:04

 

Le 14 janvier 2013, le Gimelec (Groupement des industries de l’équipement électrique) a publié son « merit order » des solutions d’efficacité énergétique pour le bâtiment. Cette étude part du constat que le simple contrôle actif de la consommation d’énergie représente, pour un investissement initial relativement faible, un  potentiel massif d’économies, appelé à augmenter dans le temps, à une heure où la France cherche autant à réduire sa dette que son empreinte écologique.

Le principe du « merit order » est de classer les sources d’énergie disponibles, électrique en particulier, dans un ordre croissant de coût de production, afin que les moins onéreuses soient utilisées les premières. L’étude établit donc les cibles prioritaires en termes de bâtiments, c’est-à-dire ceux dont la division en zones d’usage bien distinctes permet une analyse et une optimisation rapide de la consommation énergétique, à savoir dans le secteur tertiaire (les bureaux, les commerces, les établissements d’enseignement). Elle rappelle que le potentiel d’économies d’énergie par le contrôle actif représente 75% de l’objectif de réduction des consommations d’énergie des bâtiments défini lors du Grenelle de l’environnement.

S’il est évident que le développement du marché de l’efficacité énergétique repose d’abord sur les industriels, le document se conclut sur trois recommandations principales à l’attention des pouvoirs publics : passer d’une logique de moyens à une logique de résultats, ne pas interférer en avantageant ou désavantageant certains ce qui empêcherait l’adoption des solutions les plus compétitives, et enfin de territorialiser les politiques de l’énergie pour qu’elles répondent aux besoins spécifiques de chaque région.

 

Antidox, Gimelec

Facebook Twitter Google